CEASA : Le plus grand marché de gros d’Amérique du Sud 

Hier, j’ai découvert au sein du CEASA, le plus grand marché de produits en gros d’Amérique du Sud, le marché aux fleurs de Sao Paulo, qui se tient deux fois par semaine, le mardi et le vendredi, et qui est ouvert au public. 

Des fleurs en quantités, de très nombreuses variétés, du feuillage à profusion, un grand choix de plantes, mais étonnamment peu de fleurs exotiques, et des prix vraiment très bas. 

Petit aperçu…

Feira à Pinheiros 

Aujourd’hui c’était la fête dans notre quartier de Pinheiros. Tout le monde était dans la rue. Une ambiance de folie. Les restos, les bars, des marchands de produits locaux, tous pris d’assaut. 

De la musique et encore de la musique : du reggae, du brésilien, du japonais, et les Beatles…. Tout le monde chante, danse, les amoureux s’embrassent dans la rue (je n’avais pas vu ça depuis des lustres ni en France ni ailleurs) et la bière coule à flot !

Quelle ambiance et quelle joie de vivre dans ce pays !

Holambra

Aujourd’hui, visite de Expoflora, a 150 km de Sao Paulo, à Holambra.

Cette petite ville a été fondée par des hollandais qui se sont installés là dans des maisons de brique, qui leur rappellent leur pays et qui ont fait ce qu’ils savent faire le mieux : faire pousser des fleurs…

Holambra c’est la contraction de Hollanda + America + Brasil ! Fallait y penser !

À Expoflora, sorte de foire grand public, on a vu des compositions florales magnifiques avec un nombre incroyable de fleurs, une fanfare hollandaise en costume traditionnel qui jouait des airs de samba, et un nombre incalculable de brésiliens venus goûter les spécialités locales..par 35 degrés et un soleil de plomb.. une journée formidable…

Retour sur les compos :

https://ameriquedusud.blog/






Pinheiros le samedi

Nous habitons donc Pinheiros, quartier traditionnel qui se modernise progressivement mais qui a su garder, pour le moment, une âme de village bien chaleureuse. Nous avons visité aujourd’hui le marché de Vila Madalena, Beco do Batman et son street art, et la Brocante de Praça Benedito Calixto, tout à pied depuis chez nous, 9 km…. 

Le Marché 


Beco do Batman 


Praça Benedito Calixto

Iguaçu côté brésilien 

Les chutes d’Iguaçu appartiennent donc à l’Argentine et au Brésil. Chaque pays a créé de son côté un grand Parc National pour les protéger. 

Aujourd’hui, nous avons visité à pied le côté brésilien et nous avons fait un petit tour en hélicoptère. Le survol en hélico vaut vraiment le coup car il permet de voir non seulement les chutes, mais l’immensité de la forêt et le parcours de la rivière. 

La balade à pied côté brésilien permet de voir les cataractes dans toute leur largeur et le panorama est vraiment impressionnant. On peut s’approcher très très près de l’eau sur des passerelles et la douche est alors fraîche et gratuite ! 

Côté brésilien toujours, un superbe hôtel, Las Cataratas, a été construit en 1958…. et accueille toujours les visiteurs dans un cadre très élégant et dans un rose parfaitement chamallow !

Trois vues de l’hélico 


La douche

L’Hotel Las Cataratas

Un petit saut à Iguaçu

Nous voilà partis pour Iguaçu cette semaine ! Nous devons récupérer nos visas auprès d’un consulat brésilien à l’étranger et il se trouve que le plus proche de Sao Paulo est Iguaçu ! Incroyable, non !

Du coup, comme il faut deux jours pour avoir les visas, nous en profitons pour aller voir les fameuses chutes !

Un peu de géographie : les chutes de la rivière Iguaçu sont partagées entre deux pays, l’Argentine et le Brésil, et se jettent ensuite dans la rivière Parana, qui descend du Paraguay.  Ce carrefour est appelé  » las tres fronteras ». 

Aujourd’hui, avec notre guide Marlon, nous avons visité le côté argentin « Le Parque Nacional d’Iguaçu » qui est classé au Patrimoine mondial de l’Humanité, ce qui garantit sa protection et sa parfaite conservation. 

Nous avons marché plus de 10 km sur des passerelles au dessus de l’eau pour avoir des points de vue tous plus beaux les uns que les autres, au milieu de la forêt Atlantique, sorte de forêt tropicale et parfois accompagnés de nos amis coatis… 

Que dire des chutes elles-mêmes ? Les mots manquent pour décrire cette impression de force, de puissance, ces tonnes d’eau qui se jettent et se fracassent des dizaines de mètres plus bas, et balaient tout sur leur passage !

C’est un spectacle vraiment époustouflant, extraordinaire !